JSON: sites/ccac/themes/ccacTurisme/templates/frases (ok) turisme.altcamp.cat
/dades/munidipta
/dades/munidipta/sites/ccac/themes/ccacTurisme/templates/frases.json
logo CCAC

Puigpelat – Les chemins de l'eau

À ne pas manquer: le Pi de Puigpelat, le chemin des Miracles, les éléments visibles de la mine de l'Archevêque, la petite chapelle de l'Hospitalet et l'église de Santa Maria, du 18ème siècle, avec la chapelle dédiée à la Mare de Déu de la Llet.

Puigpelat possède un élément symbolique très représentatif: le Pi de Puigpelat. Il est situé au pied de l'église, sur l'ancien radeau, où des images religieuses ont été brûlées pendant la guerre civile. Le pin originel faisait partie d'une forêt que les paysans, peu à peu, abattaient pour en faire une époque. Parmi les pins qui ont donné vie à la forêt, il n'en restait que deux qui étaient très grands. L'un a été perdu dans une tempête et l'autre, le célèbre et imposant Pi de Puigpelat, est devenu un élément estimé et représentatif du village. En 1935, un fort coup de vent l'a fait tomber et cinquante ans plus tard, un nouveau pin a été planté en mémoire du vieux pin.

Récemment, Puigpelat a retrouvé le chemin des Miracles. Cet ancien chemin était l'une des principales routes du village; il quittait la porte et menait à Valls et à d'autres villages de la région. C'est une route étroite où circulaient les gens, les chariots et les mules.

Dans la commune de Puigpelat, on peut voir les restes de certaines constructions - des régulateurs de pression atmosphérique - qui correspondent à la mine de l'archevêque, datant du XVIIIe siècle, ainsi appelée parce qu'elle transportait l'eau de la rivière Gaià jusqu'à Tarragone, plus précisément du Pont d'Armentera. Certaines sections de cette mine sont d'origine romaine et correspondent à l'un des aqueducs qui alimentaient la ville de Tárraco. Le groupe de randonneurs du Camp de Tarragone, pensant à la relation étroite du lieu avec l'eau depuis l'époque romaine, a créé le Chemin de l'eau.

L'église de Santa Maria, comme on peut le voir sur le linteau de la porte, date de 1786 et est de style néoclassique. Il contient une pierre tombale d'un commandant, fray Bernat Pavia, qui est conservée sur l'autel de la Vierge Marie, à l'intérieur d'une urne. Le clocher s'élève dans la nef de l'Épître. Le temple possède une chapelle dédiée à la Mare de Déu de la Llet, patronne du village, de grande dévotion.

La petite chapelle de la Vierge Marie de l'Hospitalet ou La Llet, située sur la route de Vistabella, rappelle le couvent et l'église de l'Ordre de l'Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, datant du XIIe siècle, qui abritait l'image de la Vierge Marie aujourd'hui conservée au musée diocésain de Tarragone. Il s'agit d'une sculpture en bois de peuplier d'une seule pièce qui repose sur un pouf "tabouret" taillé dans le même tronc. La vierge porte un voile court jusqu'aux épaules, un manteau et une tunique à col rond. Au milieu du cou, une coupe perpendiculaire expose tout le sein gauche, que l'enfant allaite. L'image correspond au type de la Vierge Marie allaitante, une innovation iconographique du XIIIe siècle, et présente de nombreuses caractéristiques de la seconde moitié de ce siècle.

La Petite Chapelle a été construite en 1998. Si vous passez par là, nous vous recommandons de lire le poème-prière du père Joan Roig que vous y trouverez.

À la Mare de Déu de la Llet:

Lumière de l'acacia fleuri,
Vierge Marie allaitante,
que tant de ténèbres que vous avez défait
en entrant dans chaque plaie !

Sauvez-nous de l'arrogance et de l'insolvabilité
et du mal de la solitude,
Vous qui nous soutenez toujours
avec un regard libérateur,
glorieuse Hospitalera
del vergel de Puigpelat !

Notícies relacionades

Les plus anciens vitraux romans d'Europe Le...
Valls est le km 0 du monde de castells , où...
L'Alt Camp est la terre de la calçotada, l'...